English —  Español — 中文 —  Deutsch —  Français —  Italiano — 日本語 —  한국어 —  русский — Português — Nederlands

Ian, investisseur à temps plein, chef d’entreprise, présentateur et hôte à temps partiel des expériences Le Village la nuit et Achats de Noël dans le Village gay ! à Montréal, a lancé son expérience dans l’espoir d’élargir la portée de sa communauté. « Mon objectif au début de l’été était de rencontrer 250 nouvelles personnes et j’ai dépassé la barre des 500 participants des quatre coins du monde » dit Ian.Lisez la suite pour découvrir comment Ian adapte ses expériences aux personnes qui visitent Montréal tout au long de l’année, même pendant les mois d’hiver rigoureux.

 

Pouvez-vous nous parler de vos origines et de la façon dont elles ont façonné votre identité et ce que vous faites maintenant ?

J’ai grandi dans une famille militaire qui déménageait tous les deux ou trois ans. J’ai été amené à découvrir beaucoup de gens et d’endroits différents qui m’ont rendu naturellement curieux en tant qu’enfant. Notre famille organisait beaucoup de réceptions informelles et formelles et j’ai toujours aimé ces fêtes.

Après une première carrière comme secrétaire de presse à la colline du Parlement, j’ai créé une agence de relations publiques et j’ai passé beaucoup de temps à expliquer aux gens la politique canadienne à la télévision, à la radio et dans les journaux. C’est un travail exaltant et épuisant auquel je me suis consacré pendant une dizaine d’années avant de décider de prendre un peu de recul pour vraiment réfléchir à ce qui me motive et à la place que je veux occuper dans le monde. Je revenais sans cesse à mes valeurs fondamentales : l’hospitalité et l’ouverture.

J’ai donc développé une série de « walk and talk gay ». Il s’agit d’un mélange de faits saillants et d’anecdotes historiques qui aident à mieux comprendre la communauté et notre lutte pour notre santé, nos droits et notre reconnaissance. Mes expériences sont dans le style et l’esprit des Promenades de Jane, des visites guidées organisées par des citoyens qui permettent de faire découvrir des histoires cachées. J’invite des personnes du monde entier à me rejoindre pour en apprendre davantage sur la communauté LGBTQ2S à Montréal et au Canada.

Qu’est-ce qui vous motive à organiser une expérience ?

Je le fais pour continuer à rencontrer des personnes formidables des quatre coins du monde. Je pense qu’il y a beaucoup d’hôtes, comme moi, qui ont un vrai boulot pendant la journée et qui aiment rencontrer et aider les voyageurs.

Les commentaires et les remarques des voyageurs après une promenade ou une séance de shopping avec moi sont un autre facteur de motivation important. Les voyageurs posent des questions intéressantes et me font voir ma communauté sous un autre angle. Ils aiment aussi les opinions et les suggestions pratiques ! Je garde des prix assez bas et accessibles, mais l’argent de poche en plus fait également partie de mes motivations. Cela m’a permis de faire des dons supplémentaires à des groupes locaux de défense des homosexuels.

L’organisation d’expériences me permet également d’améliorer mes qualités d’orateur, d’écrivain et de chercheur. Depuis que j’ai lancé la visite, j’ai eu besoin de trouver de nouvelles histoires et de nouvelles façons créatives de relier le passé et le présent du village.

J’ai remarqué que vous aviez adapté votre expérience pour la basse saison de Montréal et que vous proposiez maintenant une excursion shopping de Noël. Cela vous a-t-il aidé à obtenir des réservations ?

Les gens sont heureux pendant les fêtes de fin d’année et j’adore faire du shopping. Il semble donc naturel de continuer à proposer l’expérience pendant au moins une partie de l’hiver. L’esprit des fêtes est de créer des liens et les expériences Airbnb m’aident à le faire avec des voyageurs qui recherchent une petite touche LGBTQ et un visage amical dans un endroit éloigné.

Selon vous, quels sont les facteurs qui contribuent à votre réussite ?

Mes expériences s’appuient sur une grande pratique et je suggère de commencer par effectuer un test de votre expérience.  

J’aime aussi la rétroaction instantanée que vous obtenez au cours d’une expérience. Vous pouvez savoir si les voyageurs s’amusent ou non. Vous pouvez changer et vous adapter. J’écoute avec les yeux. Si vous faites cela, vous comprendrez mieux ce qui se passe. Je prends en compte la dynamique de groupe, si les gens comprennent parfaitement ce que je dis et ce qu’ils veulent retirer de l’expérience.

Quelles leçons avez-vous apprises ?

Dans mon expérience Le Village la nuit, les gens entrent généralement dans deux catégories : ceux qui veulent découvrir l’histoire et l’économie du village gay tout en passant un bon moment, et ceux qui veulent juste entendre les histoires salaces. Vous devez trouver un moyen de parler du VIH/SIDA, même légèrement, sans ruiner leur soirée parce qu’il est inapproprié de ne pas mentionner une partie aussi importante de notre histoire lors d’une visite du village. J’ai constaté qu’il est difficile d’y parvenir avec un grand groupe. J’ai donc réduit la taille de mon groupe, ce qui permet de mieux comprendre pourquoi ils ont choisi mon expérience et de m’assurer ensuite que leurs attentes sont satisfaites.

Avez-vous rencontré d’autres hôtes d’expériences ?

J’adore participer à d’autres expériences. J’ai « échangé » avec d’autres hôtes quand nous avons commencé. Si vous souhaitez être un bon hôte, vous devez participer à d’autres expériences. Je suis également membre du groupe Facebook dédié aux expériences à Montréal et je garde contact avec d’autres hôtes par ce biais. Nous avons aussi organisé quelques rassemblements en personne. Il est utile d’avoir un réseau d’entraide.

Avez-vous créé des liens intéressants avec les voyageurs ?

Mes voyageurs sont incroyables ! Je reste en contact avec beaucoup d’entre eux. J’ai même aidé l’un d’entre eux dans le cadre d’une affaire d’immigration lesbienne du Nigeria. Parfois, les voyageurs m’envoient un message après l’expérience, et il nous arrive même d’aller boire un café ensemble. À Montréal, il est très probable de rencontrer des voyageurs qui restent quelques mois. Ils utilisent mon expérience comme une introduction à la communauté gay et cela peut les aider à prendre leurs marques dans ce grand village. Ils ont plus de facilité à se repérer ensuite.

Vous voulez lire l’histoire de la réussite d’un autre hôte ? Découvrez comment Robby a lancé une expérience de qualité en seulement 6 mois.