English  Español  中文 —  Deutsch  Français  Italiano — 日本語  한국어  русский  Português  Nederlands

Jan est l’hôte de l’expérience Circuit culinaire à Clement Street dans le quartier Inner Richmond de San Francisco. Elle aime partager sa passion pour l’histoire de la ville et pour la cuisine du monde avec les habitants et les voyageurs dans son quartier préféré. Forte de plus de 10 ans d’expérience, elle nous livre quelques-uns de ses conseils pour élaborer une expérience unique, anticiper les besoins des voyageurs, et ce qu’elle a appris en cours de route.

Qu’est-ce qui rend votre expérience si personnelle ? Pourquoi personne d’autre ne pourrait organiser une expérience comme celle-ci ?

Eh bien, ce circuit c’est le mien à 100 %, c’est à dire que j’en ai eu l’idée et il reflète mes intenses recherches, ma passion pour le quartier, ma relation avec les commerces et mon obstination à tester chaque restaurant, pas seulement ceux présents dans mon circuit, mais dans toute la rue. J’ai dédié mon circuit à mon fils parce que son bus scolaire le déposait toujours dans cette rue, et il avait toujours faim ! Ma recherche a alors commencé il y a 10 ans, nous avons testé tous les lieux de Clement Street. Nous étions tellement consciencieux que j’ai pris 5 kilos ! C’est devenu une véritable passion.

L’autre particularité de mon expérience, c’est que je suis guide touristique à San Francisco depuis 10 ans, je connais donc pas mal de choses sur la ville, pas seulement sur Clement Street. Je peux suggérer des activités aux visiteurs, par exemple, visiter la dernière exposition aux musées De Young ou Legion of Honor où je suis maître de conférences, ou encore faire une visite guidée avec SFCityGuides, que j’organise aussi. Je peux donner des conseils sur mes sentiers de randonnée préférés à San Francisco ou à Marin, où je vivais auparavant.

Mais je pense que ce qui rend mon circuit unique, c’est l’accent que je mets sur l’histoire. Il existe de nombreux circuits gastronomiques, mais, selon moi, le mien est un peu différent, car mon objectif c’est de faire découvrir l’histoire à travers la gastronomie. Même si nous mangeons de nombreux mets délicieux, ceux-ci nous poussent à réfléchir sur l’évolution du quartier et, par extension, de la ville de San Francisco au fil des années.

Comment vous adaptez-vous aux besoins spécifiques des voyageurs, et comment faites-vous pour que chaque voyageur se sente privilégié ?

Lorsqu’un voyageur s’inscrit, la première chose que je fais c’est de lui envoyer un message détaillé incluant la logistique, et je lui demande s’il a des préférences alimentaires ou des besoins spécifiques. Pour moi, il est crucial que chacun apprécie le circuit, alors j’essaie de m’adapter aux besoins des voyageurs le plus possible.

Lorsqu’ils répondent, les visiteurs me disent souvent s’il s’agit d’une occasion spéciale pour eux, ou pourquoi ils ont choisi mon circuit, ce qui est très utile. Sur le lieu de rencontre, je commence par poser quelques questions aux voyageurs, c’est toujours un bon moyen de briser la glace. C’est important pour moi de savoir à quelles expériences ils ont déjà participé pour savoir comment je peux utiliser ce qu’ils ont déjà appris.

Lors des déplacements entre chaque étape, je m’efforce de discuter avec chaque voyageur. C’est ma partie préférée de l’expérience, apprendre à connaître de nouvelles personnes.

Quelles modifications avez-vous apportées à votre expérience au fil du temps ?

De temps à autre, je change certains lieux pour diverses raisons. Le plus grand défi, c’est de faire correspondre les horaires de mes visites aux jours et horaires d’ouverture des lieux visités. Lorsque l’on organise un circuit gastronomique, il est essentiel de trouver le point d’équilibre entre des mets uniques, intéressants et délicieux qui ne soient pas trop aventureux ni intimidants. Il ne faut pas négliger les lieux prisés, sans toutefois passer à côté de petits bijoux méconnus. Depuis mes débuts, de nouveaux lieux sont apparus, j’en ai ajouté certains à mon circuit. J’ai également appris l’importance d’envoyer un rappel la veille de la visite en indiquant à nouveau l’heure et le point de rencontre.

Que savez-vous à présent que vous auriez aimé savoir à vos débuts ?

Au départ, je pensais que les visiteurs seraient pour la plupart des voyageurs. J’ai accueilli des visiteurs du monde entier, des voyageurs qui souhaitent s’immerger dans un quartier moins touristique, dans un lieu où les habitants vivent et surtout vont manger. Mais j’ai eu la surprise de constater que de nombreuses personnes du coin s’inscrivent à mes visites, dans le but de mieux connaître l’histoire et l’architecture de leur ville. Il y a également des personnes de villes voisines de San Francisco qui souhaitent mieux connaître le quartier d’un point de vue local. L’autre chose qui m’a surprise, c’est que des habitants du quartier viennent vers moi pendant la visite pour me dire leur fierté de voir que des personnes extérieures viennent découvrir et apprécier les endroits qu’ils aiment.

Ce qui me réjouit particulièrement, c’est lorsque des voyageurs me disent retourner dans des lieux que nous avons visités ensemble. Un après-midi, alors que j’effectuais une visite, je suis tombée sur un homme qui avait participé à ma visite 6 mois plus tôt. Il vit dans le quartier mais ne s’était jamais rendu au marché que nous visitons. Maintenant il y va tout le temps. Une New-Yorkaise m’a dit que, désormais, lorsqu’elle vient rendre visite à son fils, à San Francisco, elle sait où trouver les meilleurs croissants, les meilleurs articles de cuisine, etc. Un voyageur chinois m’a dit qu’il avait recréé la visite pour sa fille.