Nate et Amanda (The Shalom Imaginative), deux amoureux du voyage, ont trouvé une façon originale de continuer à se sentir à la maison sur la route. En tant que photographes spécialisés dans les mariages et les familles, ils aiment capturer la beauté dans les moments du quotidien, et c’est un principe qu’ils appliquent dans leur vie de tous les jours. Nate et Amanda voyagent une grande partie de l’année, ils souhaitaient donc disposer d’un espace leur permettant de pouvoir faire une pause dans leur emploi du temps chargé et de se sentir à la maison. Même s’il est basé à Los Angeles, l’idée était que le logement puisse être aussi mobile qu’eux.

Avec un tel mode de vie, quoi de mieux qu’un ancien camping-car ? Pour transformer et réaménager de fond en comble cette mini-maison de 5,5 mètres de long, Nate et Amanda ont dû apprendre tout seuls. Résultat : un espace original et onirique, rempli de souvenirs récupérés au cours de leurs aventures. Et quand le camping-car ne leur sert pas de maison, il peut accueillir des voyageurs Airbnb, pour une expérience unique.

Before.Camper-216

 

Première question : dans le cadre de votre activité photo, vous voyagez beaucoup pour photographier des familles et saisir des instants uniques. Qu’est-ce qu’un chez-soi selon vous ?

AMANDA : Votre question nous a fait sourire, car c’est justement l’une des priorités de nos projets photo, quand nous travaillons avec des familles dans leur maison. Nous commençons toujours par leur demander : « Pour vous, qu’est-ce qu’un chez-soi ? » C’est une question difficile, et notre réponse peut paraître un peu cliché, mais un chez-soi, c’est avant tout un lieu où l’on se retrouve, et qui nous inspire pour être créatifs, ou simplement pour souffler un peu. Ce camping-car, c’est tout ça à la fois. Ce n’est pas un chez-soi au sens traditionnel du terme, puisque nous sommes toujours plus ou moins en vadrouille, mais c’est une réflexion sur ce qu’implique l’idée de chez-soi, et sur les manières de retrouver cette sensation quand on est sur la route.

NATE : Nous venons tout juste de terminer les travaux, et nous n’avons voyagé qu’une seule fois avec, le long de la côte californienne, jusqu’à Big Sur et au parc de Yosemite. Nos vies personnelles et professionnelles sont étroitement liées, et pour déconnecter, ce camping-car est le lieu idéal. Il n’y a rien de plus reposant pour s’évader et se changer les idées. Nous aimons faire du camping, mais avoir un espace qui nous permet de travailler et de créer tout en étant en pleine nature, c’est vraiment stimulant.

CAMPER-3

Qu’est-ce qui vous a poussés à acheter un camping-car pour le transformer en logement ?

AMANDA : De par notre activité, nous passons beaucoup de temps devant l’ordinateur à travailler sur nos photos. Ce projet nous a permis de faire quelque chose de nos mains, plutôt que de rester assis à un bureau. Nous adorons créer des lieux inspirants et visuellement soignés, quel que soit leur format. Depuis toujours, nous voulions avoir un espace dans lequel nous pourrions héberger des voyageurs, et que nous pourrions également ouvrir à d’autres artistes. Pour ce faire, le lieu devait donc être une source d’apaisement et d’inspiration, aussi bien pour d’autres que pour nous-mêmes.

NATE : Je suis d’accord avec Amanda. D’ailleurs, c’est fou car nous sommes tombés dessus complètement par hasard, en allant au ciné. Il était garé au bord de la route, et son prix était vraiment intéressant. Nous avons discuté avec les propriétaires, et le lendemain, il était à nous.

Avant de vous lancer dans ce projet, est-ce que vous aviez déjà réaménagé des intérieurs ?

NATE : Pas pour des véhicules, non. J’avais déjà fait quelques travaux de construction et un peu de menuiserie, je savais donc que ça irait à ce niveau-là. Par contre, pour ce qui est de la plomberie et de l’électricité, nous partions vraiment de zéro. Nous avons donc fait pas mal de recherches sur Google et YouTube et demandé conseil à d’autres bricoleurs, au fil des travaux. Nous pensions en avoir pour environ deux semaines, et évidemment, nous étions loin de la réalité. Plus on avance, et plus on se rend compte de l’ampleur du chantier. Il a fallu tout refaire, et il y avait pas mal de dégâts dus à des fuites d’eau. Au total, nous y avons passé six mois, répartis sur notre temps libre entre nos voyages. Ça a été difficile, mais nous y sommes arrivés, le camping-car est terminé !

Comment qualifieriez-vous le style de votre camping-car ?

AMANDA : Je dirais bohème, tout en restant minimaliste. L’espace étant particulièrement petit, nous voulions qu’il reste lumineux, clair et ouvert. Nous avons posé des peaux de mouton sur les deux sièges à l’avant. Nous avons peint tous les murs en blanc, mais nous avons préservé l’aspect naturel du bois. Pour imperméabiliser le parquet, nous avons utilisé un produit qui était censé être incolore, mais qui a donné une teinte vermillon au parquet ! Nous avons donc dû tout enlever et reposer des lames. Pour le sol, nous avons posé quelques tapis marocains, ce qui rajoute de la couleur.

Où avez-vous déniché les objets de déco ?

AMANDA : Essentiellement dans de petites boutiques du coin. Certains viennent aussi de brocantes et d’autres sont des objets de famille. C’est une sorte de mélange de divers objets uniques.

Quelles sont vos parties préférées du camping-car ? Quels sont les objets qui racontent une histoire ?

AMANDA : Ça va vous paraître bizarre, mais ce sont les WC ! Quel bonheur de pouvoir jeter la vieille cuvette usagée pour la remplacer par de nouveaux WC neufs ! Pour ce qui est des objets de déco, nous les avons trouvés au fil de nos périples. Nous voulions mettre des plantes partout, qui représenteraient tous les endroits que nous avons visités. Par exemple, il y a un cactus que nous avons récupéré tout près de Yosemite, et puis d’autres objets ont été glanés dans les boutiques qui étaient sur notre chemin. Pour une raison que j’ignore, le thème du poisson semble revenir subtilement ci-et-là, et celui de l’arc-en-ciel également. Il s’agit toujours d’objets pour lesquels nous avons eu un coup de cœur pendant nos voyages. Maintenant, ils forment un ensemble homogène qui définit le caractère de ce camping-car.

Pourquoi avez-vous choisi d’héberger des voyageurs sur Airbnb dans votre nouvelle maison mobile ?

NATE : Même si c’est un lieu calme pour déconnecter, nous voulons aussi rencontrer d’autres voyageurs et d’autres artistes, pour leur faire partager cette expérience. Quand nous voyageons, nous adorons utiliser Airbnb pour séjourner dans des endroits différents, qui ne donnent pas l’impression d’être des lieux impersonnels, avec des photos de catalogue accrochées au mur. Nous en revenons à la définition du chez-soi que nous avons donnée un peu plus tôt : cela va au-delà du confort matériel. L’idée d’avoir plusieurs logements et d’en changer régulièrement au cours de nos voyages, c’est un rêve que nous avons depuis un moment. Ils pourraient aussi accueillir d’autres artistes et d’autres voyageurs. Le chez-soi, pour nous, c’est cette idée de partage.

Before.Camper-197


Crédits photo : The Shalom Imaginative.

Abonnez-vous à The Shalom Imaginative (@TheImaginative) sur Instagram et suivez leurs aventures avec les hashtags #HowardTravelJournal et #ToTellTheStoryofBeauty.