Avec ses plages paisibles, ses plantations de thé verdoyantes, sa jungle dense et sa richesse culturelle, cette île est l’une des destinations les plus dépaysantes au monde.

Le temple Shri Sivasubramaniya Swamy Kovil aux mille couleurs de Colombo, et sa multitude de divinités hindoues.

Alors que les premières traces écrites de l’histoire du Sri Lanka remontent à 2 550 ans et que l’île est connue dans le monde entier pour ses exportations de thé, de cannelle et de saphirs bleus, même les voyageurs aventureux ont du mal à localiser le pays, anciennement appelé Ceylan, sur la carte. Un indice : il se trouve dans l’Océan Indien, au sud du Tamil Nadu (Inde) et au nord-est des Maldives.

L’anonymat relatif du Sri Lanka tient à un problème de relations publiques persistant. Pendant trois décennies, une guerre civile a fait rage dans la péninsule de Jaffna et dans le Vanni, opposant les Tigres tamouls, des séparatistes, et le gouvernement, essentiellement cingalais. À la fin de la guerre, en 2009, on estimait à 100 000 le nombre de personnes tuées. Et en 2004, un tsunami a ravagé les côtes Est et Ouest, détruisant des villes entières. Le tourisme a mis longtemps à reprendre, car les voyageurs craignaient pour leur sécurité et s’inquiétaient du manque d’infrastructures.

Mais cela est en train de changer rapidement. Cette année, près de 130 % de voyageurs Airbnb en plus ont randonné au Sri Lanka, indiquant une véritable explosion du nombre de réservations.

« Nous sommes connus pour notre excellent sens de l’hospitalité », explique le Superhost Rukmal Lahiru, dont la cabane dans la jungle, située à Habarana, figure sur le site Airbnb depuis maintenant 3 ans. Bien que minuscule, la ville constitue un excellent point de chute pour explorer différents sites du Triangle culturel, comme les parc nationaux de Sigiriya et de Minneriya. M. Lahiru est un hôte engagé, qui accompagne volontiers les voyageurs lors de safaris en jeep dans les réserves sauvages de la région ou de randonnées dans des monastères millénaires dans la forêt. Il aime aussi les inviter à déguster des plats faits maison et avec fierté par des voisins. À son contact, on devine vite qu’il aspire à un avenir meilleur.

Le palais du rocher de Sigiriya, construit par le roi Kassapa I au cinquième siècle pour faire office de nouvelle capitale, s’élève à près de 180 mètres au-dessus de la jungle de la province du Centre du Sri Lanka.

Prenez le train avec un billet de seconde classe, qui offre une expérience plus proche de la réalité que les voitures d’observation en première classe. Vous y verrez que les espérances de M. Lahiru sont largement partagées par une population amicale et résiliente. À chaque arrêt, des vendeurs montent dans le train pour proposer des pains dits « rotis » à la noix de coco, des « vadai » (beignets de lentilles au curry) croustillants et des bouteilles fraîches de Milo, une boisson chocolatée. Essayez tout, parlez à tout le monde, profitez de cette expérience unique.

La plupart des voyageurs atterrissent dans la capitale commerciale sri-lankaise, Colombo, et partent pour la campagne le lendemain. Quel dommage ! Colombo est une métropole animée et pluridimensionnelle aux boutiques attrayantes, aux temples et mosquées photogéniques et aux parcs parfaitement entretenus. Le quartier de Pettah est particulièrement vivant, avec ses ruelles où les bêlements des tuk-tuks se mêlent aux aboiements des vendeurs de grenades et où des hommes barbus déambulent avec d’énormes tapis en équilibre sur les épaules.

Quel que soit votre moyen de transport préféré, il vous faudrait des mois pour découvrir tous les trésors historiques et pastoraux de cette île d’une superficie de 65 610 km2, mais ne passez pas pour autant à côté de l’animation de la capitale commerciale. De plus en plus de cafés, boutiques, galeries et magazines indépendants s’installent à Colombo, avec optimisme et dynamisme. Galle Face Green, une promenade coloniale, est un lieu de rencontre pour des personnes de toutes origines et un microcosme pour les adeptes de la nouvelle philosophie du pays : vivre et laisser vivre. Les écoliers en uniformes fraîchement repassés font voler des cerf-volants fluo, les amoureux aux yeux de merlan frit se tiennent timidement la main sur les bancs, les familles musulmanes déploient de copieux pique-niques tandis que les touristes se promènent au bord de l’eau, l’appareil photo à la main, à l’affût de noix de coco géantes et de beignets de crevettes.

Le Superhost Airbnb Chitrupa de Fonseka et sa mère ont hébergé plus de 300 voyageurs à Borella, dans la banlieue de Colombo, depuis juillet 2012. Les petits-déjeuners en famille comportent une succession de plats, les conversations sont toujours animées et les de Fonseka adorent aider leurs voyageurs à planifier leurs excursions dans tout le pays. Sa plus grande récompense ? « Des voyageurs me disent qu’ils ont appris à sourire lors de leur voyage au Sri Lanka », répond-il.

Plage de Mirissa, Sri Lanka.


Ashlea Halpern est la fondatrice de Cartogramme, un site web dédié au voyage et à la culture. Elles est également éditorialiste pour le magazine AFAR.