C’est l’une de ces destinations qui éveille les sens rien qu’en la nommant. La Corse, terre romanesque d’histoire et de fantasmes, un rocher tantôt craquelé et désertique, tantôt paradisiaque, appelle à l’exploration et à la contemplation. Julie Sarperi, blogueuse voyage et auteure des Carnets de Traverse, s’est rendue chez Martine et Philippe, hôtes Airbnb, non loin de la vallée de la Restonica. Elle y a suivi leurs conseils avisés pour découvrir cette partie sauvage de l’île de Beauté.


Je n’avais pas remis les pieds en Corse depuis la fac.
Ajaccio. Clés de voiture. Direction le centre, la montagne, le cœur.
Au diable la plage.

Martine nous attend dans l’auberge ancienne qu’elle a retapée avec son mari Philippe, au pied d’une montagne rose, quelque part à une dizaine de kilomètres de Corte.

gif-martine

D’abord maison d’une famille de 13 enfants (!), puis relais de poste, l’« Auberge de la Scala » est devenue maison d’hôtes et s’appelle désormais la « Casa Magdala ».

La grande bâtisse rougeoyante épouse la D84 — à moins que ce ne soit l’inverse. C’est la route qui mène à Piana et ses magnifiques calanques. Quand un motard s’arrête et demande la direction de Porto, elle répond en riant : « C’est tout droit ». Mais « droit » n’est pas le premier adjectif qui vient à l’esprit en voyant la route.

Martine nous accueille chaleureusement et nous installe dans « la Suite sous les Étoiles ». Déjà, on se sent un peu plus loin. Et puis on se sent aussi chez nous, car en plus d’être accueillante, notre hôte a pris grand soin de laisser les beaux meubles et les objets qu’on pouvait trouver dans cette ancienne maison de famille.

Il y a le portrait du grand-père en habit militaire, celui qui est mort à la guerre de 14-18. Il y a un vieux buffet, quelques boîtes en métal qu’on a envie d’ouvrir, des bougies, une cheminée. Le parquet, les poutres, sont là depuis fort longtemps. J’adore le miroir de la salle de bains, qui vous invite à le regarder lui, plutôt que votre propre reflet. Un comble. L’ambiance, c’est un peu les vacances d’été dans une jolie maison de campagne.

Martine connaît bien l’histoire et les subtilités de la Corse, elle est passionnante. Alors, pour découvrir la région, ce sont ses bons conseils que l’on va suivre, les yeux fermés.

Corsica house

Corsica postcard

Corsica room

« Vous allez vous baigner cet après-midi ? »

En descendant dans la petite vallée devant l’auberge, la rivière a creusé un joli lit, avec quelques banquettes sableuses presque aussi confortables que notre chambre. En plein été, les jeunes viennent sauter des rochers à la « fosse à plongée ».

Descendez par le chemin de terre depuis le petit parking, traversez le pont puis prenez à droite le petit chemin dans le maquis jusqu’à une ruine. Là, en contrebas, un beau bassin entouré de rochers bien blancs vous invite aux saltos et autres sauts de l’ange.

Tara, le chien de Martine et Philippe, nous a suivi et s’en donne à cœur joie. Fin mai, pour nous, c’est encore un peu tôt pour la rivière. Mais les odeurs du maquis à elles seules nous ravissent. Ah ! L’odeur des figuiers !

Et que dire de cette lumière… La lumière du Sud…
Corsica river

« Les Gorges de l’Asco »

Plus on avance dans la vallée, plus elles sont étroites et plus on roule le nez en l’air. Pas trop quand même, vous savez : les routes corses c’est du sport. Surtout en montagne.

Mais que c’est beau. On a juste le temps avant d’entamer notre deuxième marathon de la journée. Le déjeuner chez Jacqueline.

5-Asco

Corsica graph

« Il faut aller manger chez Jacqueline »

Jacqueline Costa sert dans son restaurant le même menu depuis… 51 ans. Martine nous le promet « bien corse » et pantagruélique.

Effectivement. Dans la grande pièce blanche (il y a trop de vent pour la terrasse sous la vigne) sont déjà assis quelques locaux et voyageurs. À peine assis, ceux-ci nous lancent « Surtout, ne mangez pas de pain ! ». Hé oui, c’est l’erreur à ne pas commettre chez Jacqueline ! Un estomac prévenu en vaut deux.

C’est un défilé de beignets, lasagnes, cannelloni, fromage,… Jacqueline a commencé à 18 ans, et c’est une histoire de famille : sa petite fille nous sert en salle et je soupçonne la cuisine d’être peuplée exclusivement de tantes et de cousines.

1 – Charcuterie corse : saucisse, lonzo, coppa.
Notes sur la charcuterie corse.
« On ne dit pas saucisson en Corse, mais saucisse. « Saucisson » c’est Justin Bridou ! »
Le jambon corse est assez dur à trouver. Le lonzo est beaucoup plus courant.
L’astuce de Martine pour manger de la « vraie de vraie » : se faire inviter chez un papi. « S’il vous sort le figatellu, alors là c’est gagné ! ». Préparez donc votre technique pour un « J’irai manger chez vous » en Corse.

2 – Beignets au brocciu et anchois à la bastiaise (c’est-à-dire fortement à l’ail)
Notes sur le brocciu.
C’est un peu le fromage national. Fromage frais de brebis. On n’en trouve qu’entre mi-novembre et juin. L’été les brebis mettent bas, le lait est donc consommé par les petits.
« Qui n’en a pas goûté ne connaît pas l’Île » – Émile Bergerat

3 – Lasagne et cannelloni

4 – Sauté de veau

5 – Fromage (qui marche) ou brocciu : à ce stade vous avez le choix entre le vrai fromage pour adulte, ou le fromage frais. On ajoute au brocciu un peu de sucre et de l’ « Aqua vita », eau de vie corse. Fameux !
Notes sur le fromage corse
Si vous voulez acheter du fromage corse, cherchez les étiquettes faites maison et vérifiez le taux de matières grasses : s’il est « indéterminé », il y a plus de chance que ce soit de l’artisanal.

6 – Flan maison au caramel

Corsica Jacqueline

“Le Relais – Chez Jacqueline”
Ponte Castirla
Menu unique à 25 €, hors saison : le midi seulement

«  Pour la beauté du chemin »

On l’appelle « le défilé de la Scala ». Cette Scala di Santa Regina a pendant longtemps été l’unique route entre la montagne et la plaine. Sentier muletier, chemin de transhumance. Une route de montagne faite de la main de l’homme, toute en roches. De magnifiques lacets en pierre sèche dessinés dans la roche granitique, des escaliers ancestraux qui semblent taillés dans le roc.

« La destination n’a que peu d’intérêt, c’est le chemin qui compte ».

Sur la route départementale D84
On se gare près d’une petite source (la Scala est indiquée).

Restonica

Corsica postcard

« Oubliez Ladurée, les macarons c’est chez Anne »

Les macarons corses signés Anne Marchetti ont la côte et le bon goût du maquis. Cédrat, châtaigne au whisky, huile d’olive, miel d’arbousier et figue noire côtoient les plus classiques pistache, pétale de rose et menthe fraîche.

Si vous êtes d’humeur bonne bouteille, il y a Le Clos Venturi. C’est une histoire d’amour. Anne a quitté Porto Vecchio pour suivre son aimé vigneron. Il produit un vin rare, un vin d’altitude. Mari et femme — vin et macarons — font bon ménage dans cette grande maison toute en pierres de rivière.

« Anne Marchetti, biscuiterie d’exception »
Route de Corte Taverna
Piedigriggio

« La Restonica, tout le monde le fait »

C’est LA vallée réputée de la région, mais je n’ai rien contre les incontournables. Parfois, il faut savoir se laisser aller avec délectation au grand classique, à la valeur sûre.

En essayant tout de même d’éviter la foule.

En ce jour de fin mai, un peu pluvieux, on était seuls et c’était tout simplement fantastique. Il y a de beaux bassins d’eau claire pour se baigner, et des randos dans tous les sens. La plus courue, c’est celle des lacs du Mélo et de Capitello.

Mais déjà le trajet en voiture jusqu’au parking, tout en haut, vaut le voyage. À plusieurs reprises, ça m’a rappelé Yosemite. — Bon ok, j’y suis jamais allé, mais quand même j’vous jure j’ai vu plein de photos sur instagram et ça ressemble drôlement.

10-Restonica1

Corsica Restonica

Deux autres conseils de Martine :

* La vallée du Niolu et le lac de Ninu (1743 m), avec les chevaux sauvages, moutons… Une belle randonnée d’environ 5h aller retour (plus 1 heure pour le tour du lac).

* La Castagniccia, une région de châtaigners, de grandes Églises, de couvents polychromes. C’est aussi ici que se trouve la source de l’eau pétillante corse, Orezza (on peut visiter la fabrique).

Merci à Philippe, Martine, Jacqueline, Anne, Audrey, Padoune, Tony, Tara, Scotty, Flora, Grisouille, Lilou, Bonux, Eliot, Sissi, Basile, Câline, Margot, Charlie, Noémie et Jules pour leur accueil, leur caractère, leur sympathie.

— S’ils ne sont pas tous humains, ce n’est pas grave, car je vous les garantis 100% corses.

Corsica breakfast


Julie Sarperi est fondatrice de Carnets de traverse, un blog dédié au voyage créé en 2007. Toujours sur la route, Julie photographie le monde avec son Leica. Elle partage sur son blog ses plus belles expériences et adresses inspirantes. Vous la croiserez souvent en train de chiner ici et là ses petits trésors de voyage : tickets, vieilles photographies, etc. Retrouvez ses récits sur carnets-de-traverse.com

 

Lire d’autres articles en Français