On peut aimer ou non l’Oktoberfest, il n’en demeure pas moins le plus grand festival folklorique au monde. Depuis 1810, il prend ses quartiers au Theresienwiese à Munich et attire chaque année pas moins de 6 millions de visiteurs du monde entier. Parmi ces nombreux amateurs de bière, on comptera cet automne aux côtés des Bavarois et des autres Allemands, 200 000 visiteurs venant d’Italie et des États-Unis et 150 000 Britanniques et Australiens arborant des costumes bavarois traditionnels provenant de Nouvelle-Zélande, du Canada, d’Irlande, d’Autriche, de France et de Suisse.

Les autochtones l’appellent avec affection la « Prairie », c’est là que des personnes de tout âge, étudiants et familles, ruraux et citadins, universitaires et ouvriers vont se côtoyer. La tradition veut que des gens de tous les milieux mangent, boivent et fassent la fête ensemble. Les chiffres sont impressionnants : chaque année, 7,4 millions de litres de bière sont ingurgités, 510 000 poulets rôtis, 59 000 pieds de porc et autres spécialités sont consommés à l’intérieur et à l’extérieur des tentes où le précieux breuvage est servi.

La musique live fait partie de la légende du festival et crée une formidable ambiance dans les 14 tentes à bière, où serveurs et serveuses parcourent les allées le sourire aux lèvres en portant des quantités impressionnantes de nourriture et de boissons. Ainsi, personne ne s’étonne lorsqu’à la mi-septembre, la « Prairie » se transforme en un univers parallèle où bières, saucisses et barbes à papa remplissent le paysage, totalement à la marge de la vie quotidienne de la ville.

Ne le répétez pas, mais notre guide touristique vedette de Munich, Werner, n’est pas né et n’a pas non plus grandi en Bavière ; mais qu’à cela ne tienne : l’Oktoberfest est un événement qu’il ne raterait sous aucun prétexte. Ce sont pour lui de véritables fêtes de fin d’année avant l’heure.locallens_Munich_Stradtmann_060915_0231.RET

Après être passé par Cologne, Sydney et Londres, il a posé ses valises et s’est établi à Munich, le « Monaco de Bavière ». Il adore l’architecture et vend des pièces de la collection design de Vitra, mais chaque année, il ne peut s’empêcher d’enfiler la culotte de cuir, le cardigan Janker et les brogues, avant d’aller boire quelques bières entre amis à l’Oktoberfest.

Pour la première halte de notre petit périple munichois, Werner nous propose un petit déjeuner chaleureux agrémenté d’une saucisse blanche. C’est alors que nous apprenons que notre ami est un féru de design intérieur.locallens_Munich_Stradtmann_060915_0202.RETIl aime les meubles plus que tout. Alors apprenti charpentier, il a acheté son premier meuble de designer à seulement 17 ans, une lampe Tizio signée Richard Sapper. Nous parlons de choses et d’autres, comme des costumes de Dries van Noten, de Sydney, sa ville préférée, en revenant souvent au sujet de l’architecture et des intérieurs.

Chaque année, Werner aime rassembler des visiteurs de l’Oktoberfest venant du monde entier dans son appartement joliment décoré situé dans le quartier Wagner, où trônent plusieurs pièces originales d’Eames et d’autres objets souvenirs. Werner est très discret lorsqu’il s’agit de partager ses connaissances locales pour organiser la parfaite visite munichoise. C’est que pendant l’Oktoberfest, la capitale bavaroise a tant d’autres choses à offrir que les groupes d’instruments à vent et les « Brotzeitbrettl » (plat traditionnel à base de pain, de fromage et de charcuterie).

« On dit souvent que cela ne sert à rien d’essayer de s’introduire sous l’une des meilleures tentes de l’Oktoberfest : la Tente du vin (à supposer que vous en ayez assez de la bière). La tente est si bondée qu’elle est « fermée pour excès d’affluence ». En outre, la « Prairie » ferme à 22 h 30 tous les soirs. Si vous en avez assez des culottes de cuir et des brogues et que vous cherchez le bar parfait pour clore une belle journée, il faut aller à « Die Registratur », située dans la rue Müllerstraße. Un intérieur élégant, une clientèle sympathique et d’excellentes boissons. L’une de mes préférées est le Regi Fashioned : une boisson raffinée à base de whisky composée d’Auchentoshan Single Malt, de Frangelico, de chocolat noir et de sucre. Elle est mélangée si longtemps que regarder la préparation suffit à vous donner le vertige ».locallens_Munich_Stradtmann_060915_0017.RET« Il y a un endroit où j’adore aller prendre le petit déjeuner, ou même m’arrêter en allant à la « Prairie » : le « Aroma Kaffeebar » dans le quartier Glockenbach. Jürgen, le propriétaire, a vécu plusieurs années en Californie. C’est pour cela qu’en plus des délicieux sandwiches et des excellents gâteaux, l’endroit est rempli de babioles amusantes et de bricoles décalées : Des porte-clés luminescents, des sucettes brillantes, du gin local de Munich, de l’huile à barbe pour hipsters, de l’encens, des grains de café torréfiés à Berlin. »locallens_Munich_Stradtmann_060915_0374.RET

« J’apprécie énormément les bonnes boissons. Si j’ai envie de quelque chose de vraiment spécial, je vais dans un Späti [petite boutique ouverte tard le soir qui vend des boissons et des en-cas], le « Szenedrinks » sur la Gärtnerplatz. L’endroit est géré par Helmut et Franz, de grands fans de Cher, à n’en pas douter. À chaque fois que j’y vais, ils passent un vieux concert de Cher des années 80 à la télé. Ils ont une excellente sélection de boissons, environ 100 sortes différentes de gin et même de la bière artisanale. C’est là que j’ai découvert le meilleur gin produit en Allemagne. Le « Siegfried Rheinland Dry Gin » a reçu la Médaille d’or du World Spirits 2015 ».locallens_Munich_Stradtmann_060915_0490.RET

« À Munich, il y a un tas de vieilles traditions bavaroises. Si vous allez à l’Isartor, l’une des portes qui cernent la ville historique, vous aurez droit à une bonne dose de tradition. Le « Turmstüberl » est un ensemble composé d’un vieux marché, d’un restaurant et d’un café. Vous y trouverez un mélange à la fois chaleureux et étrange de plats locaux, d’art et de kitsch. J’aime tous les détails un peu fous qui ornent cette petite salle. Il y a un panneau d’avertissement sur la porte : « Club réservé aux femmes. Attention, la propriétaire mord. Entrez à vos risques et périls ! »

« Il y a certains endroits où je ne me lasse pas d’aller. Si vous avez passé le week-end à vous envoyer des bières derrière la cravate à l’Oktoberfest et que vous avez besoin de vous changer les idées, une visite à l’Olympiapark est tout indiquée. Située en plein cœur d’un jardin pittoresque, la Tour olympique haute de 290 mètres se dresse dans le ciel munichois. J’adore cette architecture futuriste des années 70. Enfant, je venais ici pour admirer la vue du sommet. Du restaurant, on peut voir toute la ville à ses pieds. C’est vraiment unique ! »locallens_Munich_Stradtmann_060915_0610.RET